/ Irlande

Un week-end à Dublin

Cet été nous avons décidé de rendre visite à ma petite sœur Laurine qui effectue son stage de fin d’études à Dublin. Après un vol d’une heure et demie depuis Nantes, nous louons une voiture et roulons jusqu’à Rush, une jolie petite ville côtière.

Étant donné les tarifs élevés des locations dans la capitale irlandaises, nous avons opté pour une maisonnette en bord de mer située à une demie heure de Dublin.

Jour 1 Temple bar, Trinity College & Saint Patrick’s cathédral

Nos premiers pas dans cette capitale européenne sont très agréables. Des pubs typiques à chaque coin de rue, des bâtiments de briques rouges et des portes colorées : aucun doute, nous sommes bien à Dublin !

Le quartier Temple Bar où se situe le bar du même nom semble être l’endroit idéal pour sortir le soir. Les pubs fleuris et colorés emplissent les rues pour le plus grand bonheur de nos yeux.

Nous traversons la rue commerçante Grafton Street et apercevons au loin le Spire (monument of light), l’une des plus grande sculpture du monde. Une aiguille plutôt controversée de 122 mètre de hauteur, tout de même.

À 11:30, nous avons rendez-vous au Trinity College, la plus ancienne université d’Irlande. Nous débutons la visite du campus par l’une des bibliothèque où se tient l’exposition The Book of Kells (le livre de Kells). Ce livre comporte une copie latine de quatre évangiles richement décorés de lettrines et enluminures toutes plus somptueuses les unes que les autres. L’exposition permet de s’instruire sur le fond et la forme de ce manuscrit, alliant images, objets anciens et vidéos. Datant de plus de mille ans, les origines des techniques et couleurs utilisées dans ce célèbre ouvrage sont détaillées en vitrine.

La seconde partie de la visite se passe dans la Galerie, qui n’est autre qu’une bibliothèque impressionnante tant par son contenu que par son architecture. On y trouve plus de 200 000 volumes rangés méthodiquement du sol au plafond, ce qui n’est pourtant qu’une infime partie des ouvrages conservés à Trinity. On peut également admirer les bustes de marbre sculptés de figures célèbres ainsi que la plus ancienne harpe d’Irlande, emblème du pays, datant approximativement du 15ème siècle.

Nous avons ensuite retrouvé Laurine pour le repas. Elle nous a fait découvrir Fresh Food, un concept culinaire vraiment sympa, à mi-chemin entre le self et le restaurant. Nous avons profité de nos salades et sandwiches dans un pub, accompagnés de bières et cidres irlandais.

Après une promenade digestive dans le parc St Stephen’s Green, nous nous sommes rendus dans la célèbre cathédrale Saint Patrick, le saint patron de l’Irlande.

Bien que régulièrement restauré, le bâtiment actuel date de 1220, ce qui en dit long sur la solidité de sa construction puisqu’il a survécu aux guerres, aux révolutions et à une réforme. Un prospectus nous est proposé à l’arrivée pour profiter de la visite guidée et les panneaux explicatifs offrent différents niveaux de lecture, ce qui est très agréable. L’intérieur est immense et très bien entretenu, même le carrelage est splendide. Un espace découverte permet d’en apprendre davantage sur St Patrick et son histoire de manière ludique et interactive. Un aspect dynamique qui nous a beaucoup plu dans toutes les visites que nous avons pu effectuer durant ces quelques jours dans le pays. A présent, nous savons pourquoi la Saint Patrick à lieu le 17 mars !

Par la suite, notre chemin a croisé celui d’une grand-mère adorable qui nous a conseillé de nous rendre à l’église St Kevin, qui était selon elle très ancienne et très belle, ce qui s’est avéré vrai. Tout au long de notre séjour, nous avons été abordé par de gentil(le)s irlandais(e) qui nous ont conseillé de belles choses.

A notre retour vers le centre, nous nous sommes arrêtés dans le centre commercial Stephen’s Green pour un instant shopping puis avons retrouvé Laurine après le travail afin de rentrer à Rush tous ensemble.

Jour 2 Guiness Storehouse & Dublin Castle

Cette deuxième journée dublinoise démarre fort avec la visite matinale du Guiness Storehouse, le berceau de la célèbre bière irlandaise. C’est dans un bâtiment de 7 étages que nous nous apprêtons à découvrir l’histoire et la fabrication de cette boisson emblématique.

Nous suivons notre audio-guide tout au long de la visite afin d’en savoir plus sur les ingrédients, le brassage et l’acheminement de la Guiness. Cet immense musée nous plonge réellement au coeur de son évolution. Il est si intéressant que ça me donne envie d’aimer la bière !

Plus haut, nous entrons dans la salle de dégustation; une salle entièrement blanche afin de ne solliciter que notre sens du goût et de l’odorat. Un guide nous apprend à déguster la Guiness avec précision, c’est tout un art.

À l’étage suivant, nous évoluons dans l’univers très original des publicités de la marque. Qu’elles soient aux formats audios, vidéos, dessinées ou encore sculptées... on plonge vraiment au coeur de l’histoire de cette icône irlandaises. C’est l’étage le plus amusant, il permet de faire de nombreux parallèles et de prendre du recul sur l’évolution du marketing auprès des animaux géants qui semblent passionnés de bières.

En entrant dans le bâtiment, nous avions reçu un ticket pour une consommation. C’est le moment de l’utiliser ; soit au 5ème étage en tirant notre propre pinte à l’Académie Guiness, soit au Gravity bar (le dernier étage de la tour) pour profiter d’une consommation avec vue. La majorité du groupe n’étant pas amatrice de bière mais appréciant les points de vue, le choix fût rapide. Direction le dernier étage pour une pinte (ou autre) face au panorama dublinois.

Nous redescendons ensuite au 5ème étage afin de nous essayer aux spécialités culinaires irlandaises : quelques fromages et charcuteries, un burger à la Guiness et surtout le fameux Irish Stew. Un régal !

Après un instant digestion au bord de la Liffey, le fleuve qui traverse la ville, nous avons rendez-vous au château de Dublin.

Ce lieu d’importance politique, militaire et sociale a su évoluer avec son pays et sa visite permet d’aiguiser sa culture autour de l’Irlande et sa capitale.
De nombreuses et somptueuses salles à l’étage du château font l’objet d’une visite libre à l’aide d’un dépliant explicatif, alors que d’autres parties nécessitent l’accompagnement d’un guide.

Notamment si l'on souhaite visiter la chapelle royale (intégralement construite en bois) et les vestiges de la poudrière ainsi que du mur de défense viking. Une visite très intéressante, bien qu’il soit préférable de bien comprendre l’anglais ou de s’inscrire à un groupe francophone car le débit de parole était très rapide.

Notre visite de Dublin s’arrête ici, mais pas celle de l’Irlande: nous avons également eu la chance d'admirer la Chaussée des Géants en Irlande du Nord, de vivre l'expérience Titanic à Belfast et de nous emerveiller dans les montagnes Wicklows!
C'était un vrai plaisir de découvrir cette agréable capitale où la petite sœur est bien installée et bien entourée.

Informations et conseils:

  • Pour vous garer à Dublin nous recommandons le parking Tivoli. Le tarif maximal journalier est de 12.5 €, ce qui est très avantageux comparé à de nombreux autres parkings. Le dimanche, n'hésitez pas à vous garer gratuitement dans les rues de la capitale.
  • Bien que nous n’ayons pas ou peu payé nos visites grâce aux tickets de l’entreprise où travaille Laurine, voici un récapitulatif des tarifs adultes dans les principaux lieux touristiques évoqués ci-dessus :

Trinity college : 10 €
Cathedrale St Patrick : 7 €
Guiness : 18.5 €
Dublin Castle : 10 €

  • Se loger n’est pas donné dans Dublin mais nous avons trouvé un excellent Airbnb à Rush, situé à une demie heure de la capitale.

Cliquez ici pour suivre le fin de notre séjour irlandais.